Viewing 1 reply thread
  • Author
    Posts
    • #1464 Reply
      mathildelavault
      Participant

      2 ans.

      Voilà maintenant 2 ans que je souffre silencieusement. Ou plutôt en criant. Je ne sais pas vraiment. Ma santé qui s’écroule, ma tête qui tourne après tous ces rendez-vous sans jamais de réponses. Ces blouses blanches qui m’expliquent que tout va bien sur les images, que tout est de passage alors que je suis par terre, à pleurer et prier la sainte mère de m’apaiser.
      Voilà 2 ans maintenant que ma vie a changé et que je ne sais pas ce qui m’attend après. Mon corps crie et supplie qu’on l’écoute. Mes paroles expliquent, mon corps réplique mais les médecins prient de panique, ne sortent aucun diagnostic. “ Vous êtes jeunes, votre corps n’est juste pas fini”, “ ces douleurs sont fréquentes chez les femmes, ce n’est rien”, “ vous êtes sûr d’aimer votre copain ?”, “ Parfois il faut accepter et s’adapter « .
      Les mots sont durs, la réalité pure mais personne pour me comprendre et m’entendre. Suis-je folle ? Suis-je réelle ? Est-ce que je n’exagère pas ? Après tout, ce n’est pas la première fois que l’on me dit que ça arrive. Mais pourquoi moi ? Pourquoi je devrais souffrir, encaisser et vivre avec cette douleur intruse ? Au final je ne suis qu’une femme de plus que l’on marque d’une croix rouge comme celle qui abuse.
      J’ai peur de mon corps. Peur de la suite, peur de ce qu’il peut me faire subir, peur de comment je vais finir. Comment accepter ce que l’on ne comprend pas ? Comment avancer avec l’inconnu ? Tant de questions sans réponses. Et encore une fois j’ai peur de tomber et de ne plus me relever.
      Mais voilà. Il y a cette voix dans ma tête qui m’a suivi tout au long de ma vie, cette voix qui m’a vu affronter le pire et m’a aidée à relativiser face aux soucis de la vie. Chacun a eu des moments difficiles, chacun tente ou a appris à être docile avec son passé et à prendre du recul. Nous avons toutes et tous appris de nos expériences, et à voir le meilleur dans le pire. Aujourd’hui c’est ce que j’essaie de faire avec cette maladie. Je tente tant bien que mal de l’accueillir dans ma vie. Je sais qu’elle ne partira pas. Qu’elle fait partie de moi. Je n’aurais peut-être pas la vie que j’ai souhaitée mais je ferai tout pour. Je me le promets. Si je dois prendre des détours pour voir ma vie s’améliorer alors je le ferai. Je vais me battre. Me battre pour toutes ces femmes, me battre pour la liberté. Me battre pour tout simplement vivre.
      Un jour, un grand homme du nom de Martin Luther King a dit “ l’obscurité ne chasse pas la lumière, seule la lumière peut le faire ”. Alors, soyons à notre tour acteurs de notre liberté. Devenons la lumière qui chasse cette obscurité en nous.

    • #1504 Reply
      Julie audinet
      Participant

      J’aime beaucoup ton message Mathilde, il représente très bien ce que je ressent et ce qu’on ressent toutes surement avec cette maladie et tous ce qu’elle provoque. J’espère qu’un jour tu auras une réponse à toutes tes questions et surtout oublie que nous sommes toutes là les endogirls pour se soutenir et se conseiller les unes et les autres.

Viewing 1 reply thread
Reply To: 2 ans
Your information: