Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

Les symptômes sont multiples et variables d’une patiente à l’autre. En effet, comme différents organes peuvent être atteints, les symptômes varient beaucoup d’une femme à l’autre. Tout comme parfois, aucun symptôme n’est ressenti et la maladie reste alors « silencieuse ».

Dans les premiers temps, l’endométriose entraîne des troubles assez légers qui, au fil du temps (en général, lors de l’adolescence), deviennent de plus en plus intenses, parfois même intolérables.

Toutefois, il n’existe pas toujours de corrélation entre l’intensité des troubles et le degré de sévérité de la maladie. Ce qui explique que des formes étendues ou profondes d’endométriose ne soient pas nécessairement très douloureuses, et des formes peu étendues et superficielles soient parfois très douloureuses.

La dysménorrhée (douleurs des règles)

C’est le premier symptôme susceptible d’indiquer une endométriose. Les règles ne doivent pas être anormalement douloureuses, c’est un phénomène physiologiques qui doit permettre de continuer ses activités. Si ce n’est pas le cas, et les douleurs des règles sont importantes, violentes, entrainent un absentéisme scolaire ou professionnel, alors il faut suspecter l’endométriose.

Symptômes digestifs

Douleur en allant à selles (surtout pendant les règles), sang dans les selles (pendant les règles), constipation, diarrhée (ou alternance des deux), inconfort important, ballonnement. Ces troubles sont probablement en rapport avec l’inflammation des lésions d’endométriose.

Les ménorragies (règles très abondantes)

C’est un autre signe fréquent de la maladie.

La dyspareunie

Des douleurs pendant les rapports sexuels, surtout au fond du vagin.

Symptômes urinaires

Brulures urinaires, difficulté à uriner (pendant les règles), des envies d’uriner très fréquentes.

Symptômes d’aspect rhumatologique

Douleur de sciatique ou de l’épaule (surtout à droite).

Les symptômes pulmonaires (très rare)

La survenue, pendant les règles, d’une douleur de l’épaule droite, ou d’un épanchement d’air (pneumothorax) ou de sang (hémothorax) est le signe d’une atteinte du diaphragme, de la plèvre ou du poumon.

L’infertilité

L’endométriose est souvent diagnostiquée lors d’un bilan d’infertilité. 30 à 40% des femmes atteintes doivent faire face à un problème d’infertilité.

Douleurs pelviennes chroniques (hypersensibilisation pelvienne)

Leur apparition marque un tournant dans la maladie. Ces douleurs peuvent être quasi permanentes, le jour, la nuit. Elles sont de type brûlures ou décharges électriques et persistent même en dehors des règles. Elles irradient dans le bassin, le bas du ventre, le dos, la région lombaire, les cuisses. Elles sont souvent décrites comme insupportable et finissent par conduire à des arrêts de l’activité professionnelle ou scolaire. L’endométriose profonde envahit les fibres nerveuses du petit bassin, en cas d’endométriose superficielle leur origine est moins explicite.

Fatigue chronique

Ce symptôme résulte plus comme une conséquence de tous les symptômes énoncés ci-dessus et des douleurs qui en découlent, face auxquelles les femmes atteintes d’endométriose doivent faire face.

Source : Nous remercions la clinique Mons Endométriose d’avoir mis à notre disposition ces informations médicales.