Qu’est-ce qu’une huile essentielle?

Une huile essentielle n’est pas vraiment une huile. C’est un extrait aromatique liquide concentré, obtenu par distillation à la vapeur d’eau de différentes parties de plantes : sommités fleuries, feuilles, bois, racines, écorce, fruits… Les parties de la plante sont ensuite disposés dans un alambic dans lequel on introduit de la vapeur d’eau. Les gouttelettes d’eau vont récupérer les molécules aromatiques. Ce sont ces essences, autrement dit, ces concentrés aromatiques qui sont récupérés et mis en flacon. Une huile essentielle est donc l’essence distillée de la plante aromatique.

Seules les huiles essentielles chémotypées (c’est-à-dire botaniquement et biochimiquement définies) sont adéquates à la pratique de l’aromathérapie.

Rédigé par Consoglobe, le 28 Jan 2020

DISCLAIMER: Attention, je tiens à préciser que toutes les informations se trouvant dans cet article sont à lire avec un certain recul et à adapter à ton corps, tes sensibilité(es) cutanées et un avis de ton médecin est conseillé. Certes, les HE sont naturelles, mais sont aussi très puissantes et il est donc préférable de demander un avis à ton médecin traitant.

Il est fortement déconseillé d’utiliser les huiles essentielles chez la femme enceinte , la femme allaitante, les personnes asthmatiques et les personnes épileptiques. De plus, il est déconseillé de s’exposer au soleil dans les 4 à 5 heures qui suivent l’application d’une HE. Pour tester une HE en cas de sensibilité, tu peux appliquer une bonne goute dans le creux de ton bras (zone sensible) et voir si tu as une réaction (de type rougeur). En général cela apparait assez vite.

Un petit conseil : si vous décidez d’appliquer localement une HE, certaines personnes l’appliquent de manière pure et brute, d’autres, sont plus sensibles et dilueront par exemple, une goutte d’HE dans 9 gouttes d’huile végétale de votre choix (huile d’avocat, de jojoba,.. par exemple).

Jusqu’à quel moment les HE peuvent m’aider?

Je ne vais pas te mentir, ce n’est pas miraculeux en pleine crise d’endométriose. Quand mes poils s’hérissent de douleurs, quand mon corps joue à chaud-froid, quand mes yeux ne voient plus rien et que mes oreilles sifflent, absolument rien ne peut m’aider : c’est trop tard, la crise d’endométriose est là. À ce moment-là précis, j’attends, j’essaye surtout de réfléchir à ma respiration, je pleurs de mal, de rage, d’incompréhension.. (parce que oui, il n’y a aucune honte à pleurer). Je pleurs car souvent je me demande comment mon petit corps peut me faire autant souffrir, mais surtout je me demande pourquoi il me fait autant souffrir?

J’espère un jour, avoir une réponse, mais tu vois, une vraie réponse. Pas juste la phrase banale toute faite « Bah oui, tu as tes règles/tu as de l’endométriose c’est normal d’avoir mal ». Non, j’espère avoir un jour une vraie réponse scientifique à : pourquoi et comment notre corps de femme peut nous faire si mal?

En attendant cette réponse, les traitements les plus communs pour soulager comme on peut les douleurs de l’endométriose sont des anti-inflammatoires, des anti-douleurs de paliers différents et des anti-épileptiques (j’en parlerai très prochainement dans un autre article).

L’OMS (Organisation mondial de la Santé) a classé les médicaments analgésiques ou antalgiques en 3 paliers :

  • Palier 1 : anti-douleur en vente libre pour les douleurs légères à modérées ;
  • Palier 2 : anti-douleur pour les autres douleurs plus importantes : la codéine, la nalbuphine, le tramadol ou des associations de médicaments de paliers 1 et 2 (pas disponible en vente libre) ;
  • palier 3 : anti-douleur pour les douleurs très intenses : la morphine. Les réticences à prescrire la morphine ont longtemps empêché les médecins de calmer les douleurs les plus fortes.

Seulement, certains de ces médicaments peuvent créer des dépendances mais ont aussi des effets secondaires non-négligeables. Bien évidemment, je ne dis pas que ces médicaments ne sont pas une solution, car ils m’ont bien évidemment déjà énormément aidé en cas de crise.

Cependant, j’essaye petit à petit de me tourner vers d’autres alternatives. Des alternatives plus naturelles, moins « invasives » pour mon corps, si je peux dire cela comme ça. J’essaye de diminuer les médicaments comme je peux et dans la mesure du possible. Mon but n’est pas de me faire souffrir pour rien, je pense qu’on a toutes déjà assez souffert pour rien, mais je pense surtout qu’avec l’expérience de colocation avec l’endométriose, j’apprends à savoir distinguer un moment où les HE peuvent m’aider et un moment où il me faut uniquement un médicament et beaucoup de courage.

Mes deux alliés : l’HE d’estragon et l’HE de lavande

Dans le cas de l’endométriose, on recherche principalement des vertus antispasmodiques (pour aider le système digestif, car oui les troubles digestifs sont souvent présents) et anti-inflammatoires (pour soulager les symptômes et retrouver du confort dans les zones tendues ou lésées).

  • l’HE d’Estragon (Nom latin : artemisia dracunculus ) : La recherche scientifique lève aujourd’hui une partie du voile quant à ses propriétés antidouleur mais surtout anti-spasmodique. Alors, je ne sais pas toi, mais moi personnellement quand j’ai des « douleurs de règles » comme je dis souvent (même si je ne suis plus réglée mais mes proches comprennent vite de quel genre de douleur il s’agit), ce sont des douleurs par « vague » , comme des coups de poignard dans le bas du ventre. Alors mon petit « tips » c’est d’appliquer localement sur le bas de mon ventre quelques gouttes d’HE d’estragon en me massant. Bien souvent cela m’aide au tout début de mes douleurs et ça me permet de retarder la prise de médicament et donc au fil de temps, cela en vient à en prendre moins. Je sais que certaines d’entre-vous le prennent sur un comprimé neutre. Je ne l’ai personnellement jamais fait mais n’hésites pas à me laisser ton expérience (positive ou négative) en commentaire.
  • l’HE de lavande vraie (nom latin : lavandula angustifolia ssp angustifolia) : je suis sûre que toi aussi tu as déjà passé des soirées/nuits à pleurer soit de douleur, soit d’incompréhension face à ton endo, eh ben tu sais quoi? Je t’assure que l’HE de lavande vraie m’a aidée à retrouver des nuits calmes, rassurantes et réconfortantes. Je ne sais pas vraiment t’expliquer le pourquoi du comment, mais juste sentir l’odeur de l’HE (que j’applique sur mes poignets et quelques gouttes sur mon lit) en fermant mes yeux m’apaise et me permet de reprendre une respiration calme et controlée (je pense faire un article sur l’importance de la respiration pour la gestion des crises, dis-moi si cela t’intéresserait car perso moi, ça m’a beaucoup aidé). Bref, ton allié anti-stress sera l’HE de lavande vraie.

Ce que vous, la toimonendo-famille m’a conseillée via Instagram

Autant je peux te conseiller sur les HE que j’ai expliquées juste au-dessus, autant celles qui vont suivre je ne peux pas. Je m’y mets petit à petit mais je n’ai pas encore assez de recul pour te donner mon propre avis.

Ce qui est génial, c’est que VOUS m’avez partagez vos « tips » et que comme je le dis tout le temps « c’est ensemble qu’on est plus fortes » alors c’est parti, je te partage ça et surtout n’hésites pas à me dire en commentaire ce que tu en penses et surtout si cela te soulage.

  • L’achillée millefeuille (Nom latin : Achillea millefolium) : Selon vos dires, cette HE agit contre les crampes utérines et dans le bas-ventre. L’achillée millefeuille est une plante décongestionnante et antispasmodique, qui traite à la fois les douleurs et les crampes. Elle aurait une action astringente et légèrement hémostatique (oui je sais, ce sont des mots compliqués) mais en gros c’est ce qui diminuerait les saignements des règles trop abondants (alors perso, je n’ai plus de règles vu que je suis sous pilule continue, mais si c’est le cas, WAW, GO nous le dire en commentaire les filles : on veut tout savoir!) Enfin, elle détoxifierait le foie du surplus d’œstrogènes (tu vois cette hormone qui « nourrit » l’endométriose et qu’on déteste tant). Bref, vous m’avez conseillée de la prendre en infusion : 1 cuillère à thé de plante sèche par tasse d’eau et laisse infuser 10 minutes. Tu peux boire de 2 à 6 tasses par jour, deux jours avant l’arrivée des règles et pendant toute ta période de règles. (ici on me l’a expliqué sous forme de plante, ce n’est donc pas directement une HE). Si tu préfères, tu peux l’appliquer localement sur le bas de ton ventre.
  • Camomille noble/romaine (Nom latin : chamaemelum nobile). Les principales propriétés de cette HE seraient: antalgique, anti-inflammatoire, tonique digestive, calmante du système nerveux central, antispasmodique, antifongique (notamment contre la mycose de type « candida » qu’on retrouve assez régulièrement chez les femmes atteintes d’endométriose). Cette HE pourrait aussi aider à mieux gérer les troubles menstruels, que ce soit aménorrhée, c’est-à-dire absence de règles, ou dysmenorrhées, c’est-à-dire règles douloureuses. Si c’est ton cas, tu peux te faire une infusion 2 à 3 fois par jour pendant les jours où tu souffres de tes règles. Cependant, si tu veux l’utiliser comme véritable HE, tu peux l’appliquer localement.
  • Le Ylang-ylang (Nom latin : Cananga odorata). Cette huile essentielle est connue pour ses vertus calmantes et anti-spasmodiques. Cela peut donc être une bonne combinaison en cas de douleurs étant donné que souvent, quand on souffre : on angoisse, on s’énerve, on peut être révoltée de cette douleur qui nous est infligée et je vous rassure, c’est normal. Personne n’aime souffrir. Si tu veux tu peux l’appliquer directement sur le bas du ventre ou alors tu peux l’appliquer sur tes poignets et laisser ton système olfactif (l’odorat) t’apaiser.

Un autre allié mais un peu différent cette fois : la tisane de framboisier

Vous êtes vraiment très nombreuses à m’avoir conseillée la fameuse tisane de framboisier. En infusion, elle pourrait te soulager. Idéalement, tes endocopines de la toimonendo-famille te conseillent de boire 3 tasses par jours, pendant les 5 jours avant la date des règles et les 3 premiers jours de ceux-ci. Cette tisane promettrait de réduire l’état inflammatoire de l’appareil génital féminin et d’apaiser les douleurs de règles.

Tu te demandes ce que c’est une infusion et une tisane ? C’est tout simple, c’est du thé! Je suis sûre que ce mot là te parle plus ! Alors hop, un petit thé et au pire si ça ne te soulage pas tes douleurs de règles, tu seras hydratée et ça aussi, c’est très important!

Les HE a éviter car elles seraient dites « oestrogen-like »

Et oui, moi aussi je suis tombée de haut quand j’ai lu que des HE pourraient favoriser l’endométriose. Bon, biensûr cela ne sont que des théories car on n’a pas encore de preuve scientifique mais je pense que tout est bon à prendre.

Les huiles essentielles citées ci-dessous sont composées de molécules pouvant mimer l’action de l’oestrogène dans l’organisme. Elles sont donc à éviter en cas de pathologies dépendantes de l’oestrogène, comme l’endométriose par exemple qui est une maladie hormono-dépendante de l’oestrogène.

  • Basilic
  • Cade
  • Camomille Sauvage
  • Camomille Matricaire
  • Cèdre de l’atlas
  • Criste Marine
  • Fenouil Doux
  • Hélichryse de Madagascar
  • Menthe Poivrée (très souvent utilisée en cas de douleurs pendant les règles car elle a des propriétés anti-spasmodiques)
  • Menthe Verte
  • Muscade
  • Nard de l’Himalaya
  • Niaouli
  • Patchouli
  • Sauge Sclarée

Pour tout vous dire, j’ai été une grande adepte de l’HE de menthe poivrée pendant toute mon adolescence. Coïncidence? Je ne sais pas..

Que ce soit avec une HE ou un médicament, soulages-toi, écoute ton corps

Bref, je finirai cet article en vous rappellant que chaque corps, chaque femme est unique et que quelque chose qui fonctionne pour toi, sur toi, ne fonctionnera peut-être pas chez une autre, et inversement. Ce qui fonctionne chez ton amie peut ne pas fonctionner chez toi. Ce n’est pas grave. Laisses-toi le temps de trouver une alternative qui fonctionnera chez toi.

N’oublie pas que les règles c’est normal, mais pas la douleur. Si tu lis cet article, j’aimerais te rappeler que tu n’a pas besoin de tenir bon, de ne pas prendre de cachet pour prouver quelque chose à quelqu’un. La seule personne à qui tu dois prouver quelque chose c’est toi et uniquement toi et si aujourd’hui tu as mal, si tu souffres, s’il te plaît, écoute ton corps et soulages-toi. Si c’est avec une HE tant mieux, si c’est avec un médicament, c’est tout aussi tant mieux. Sois indulgente avec toi-même, on a assez souffert comme ça. Tu connais ton corps mieux que personne alors fais-toi confiance.

Des bisous,

Laura de la famille @toimonendo

Catégories : Bien-être

2 commentaires

Océane Vellut · 14 septembre 2020 à 11 h 09 min

Merci Laura pour cet article très précis et renseigné. Il me tarde de pouvoir utiliser ces « tips » !

    Laura · 19 septembre 2020 à 12 h 50 min

    Merci Océance pour ton retour qui me fait très plaisir!
    N’hésites pas à me dire si certaines huiles auront pu t’aider !
    Bisous,
    Laura @toimonendo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 23 =